Et oui!

Le poésie a aussi sa place sur ce site.

Fantasmagorie érotique

de Jean-Pierre Malacamp.

 

Sur l’écran noir de mes nuits,

tu apparais en couleur.

Dans ta robe d’organdi,

tu fais palpiter mon cœur.

 

Rayonnante dans cette tenue légère

tu éveilles en moi l’instinct du loup,

celui qui veut croquer la bergère.

Tiens, un mouton se frotte à tes genoux,

 

Au diable les moutons,

et vive la toison.

Sous ta robe je me jette,

je n’en perds pas une miette.

 

Soudain une cloche tinte,

le mouton me fait sûrement une feinte.

Je tends l’oreille,...

et... c’est mon portable qui me réveille.

 

Au diable le progrès

il nous ramène à la réalité.

j’étais si bien,

j’y reviendrais demain.

 

JP.M.

L’éloge du pêcheur. de JP.M.

  

Le pêcheur au bord de l’eau,

caché derrière les roseaux,

 

les yeux rivés sur le bouchon,

il attend le poisson.

 

Le pêcheur au bord de l’eau,

fait l’admiration des badeaux.

 

Assis sur sa garbuste,

il a des airs d’Auguste.

 

Il rend le bonjour aux promeneurs,

car c’est poli un pêcheur.

 

Un oeil vissé sur le bouchon

l’autre à la recherche d’émotions .

 

On ne s’ennuie pas à la pêche,

suffit d’avoir un bon coin

bien sur il faut y être à la fraîche

et s’installer sans faire du foin.

 

Après il n’y a plus qu’à appâter

et surtout patienter.

 

Le pêcheur s’intéresse à tout ce qui se passe

sur la rive d’en face.

En manque d’action,

d’une belle flâneuse il tente d’attirer l’attention.

Il lui lance une plaisanterie fine

qui devrait amuser la coquine.

 

J’ai un gros poisson,

combien de temps la cuisson?

Encore un sourire

et je vous le met à cuire.

 

Avouez que le pêcheur

est un sacré farceur.

 

..........................................Jean-Pierre Malacamp.

 

  

Le temps.  (JP.M 12 oct. 2011)

 

 

Il y a un temps pour tout :

Il y a le temps des cerises, celui des champignons,

Le temps de chien, le temps d’une cigarette,

Le temps d’une valse à trois temps,

Mon préféré ?  Le temps des amours.

 

 

 

Il peut être court ou bien long le temps.

-Pour un Œuf coque, le temps c’est trois minutes.

Pour une gestation, le temps c’est neuf mois.

 

-Il peut être ensoleillé ou pluvieux le temps

-On le dit beau ou mauvais le temps.

 

-Il passe, le temps, parfois même en courant.

 

-Certains n’ont pas le temps,

Alors que d’autres le prennent, le temps.

-J’en connais qui ne le prennent jamais le temps,

Histoire de gagner du temps.

 

-Certains y vont de temps en temps,

D’autres y vont tout le temps.

 

-J’en connais qui le font de temps en temps,

Alors que pendant ce temps, d’autres le font tout le temps.

 

Quand il est perdu il ne se rattrape jamais, le temps.

Alors prends du bon temps

en prenant le temps de vivre le temps présent.

 

A 30 ans je n’avais pas le temps,

J’en ai le double maintenant et j’ai tout mon temps.

 

Jean-Pierre Malacamp.  (12octobre 2011)

Du rosier, le vent a fait tomber une fleur blanche

Mais qui l’eut cru ?

Elle ne s’avoue pas vaincue

Et lentement elle remonte sur sa branche.

 

Il est fou ce poète, quel couillon !

Il a confondu avec un papillon.

 

jpm.

 

La romance de la belle Margot   J-Pierre M. le 18 juin 2016

 

 

Margot est une jolie fille

Elle  vient d’avoir  vingt ans.

Elle a de nombreux soupirants,

Mais n’a jamais eu d’amants.

 

De jour comme de nuit,

Sa mère la surveille

Et son père, oui son père

Qui  est un grand chasseur

A  un fusil qui nous fait trop peur.

C’est pour cela

Que l’on n’ose même pas

L’inviter à danser

Et encore moins, lui voler un baiser.

Du coup à toutes les fêtes, Margot reste assise,

Assise sur une chaise et ne fait que pleurer.

 

Comme le temps passe,

Margot a 50 ans.

Son père  maintenant,

Ne va plus à la chasse.

Et sa mère bien lasse,

Aimerait avoir des petits enfants.

 

Aujourd’hui dans le village,

Tous les gars sont en ménage,

Avec  de moins jolies filles,

Qu’ils aiment et qu’ils titillent.

 

Et la Margot est sur les dents,

Elle n’a toujours pas d’amant.

Pour passer son chagrin,

Parait qu’elle dort avec un chien.

 

Filles et garçons,

Retenez bien la leçon :

Passez vous de l’avis de vos parents

et fricotez  tant qu’il est temps.

 

J-Pierre le 18 juin 2016

 

Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse, de voler au dessus de votre tête, mais vous pouvez les empêcher de faire leurs nids dans vos cheveux.

 

Proverbe chinois.

 

Je vous laisse apprécier ce texte .

La déclaration suggérée et jamais dévoilée

d'un homme d'église à une de ses paroissiennes.

 

 

Le mot et la chose 

 

  

Madame, quel est votre mot,
Et sur le mot et sur la chose ?
On vous a dit souvent le mot,
On vous a fait souvent la chose.
Ainsi, de la chose et du mot
Vous pouvez dire quelque chose.
Et je gagerais que le mot
Vous plaît beaucoup moins que la chose.
Pour moi, voici quel est mon mot,
Et sur le mot, et sur la chose :
J'avouerai que j'aime le mot,
J'avouerai que j'aime la chose.
Mais, c'est la chose avec le mot,
Mais, c'est le mot avec la chose,
Autrement, la chose et le mot
A mes yeux, seraient peu de chose.
Je crois même, en faveur du mot,
Pouvoir ajouter quelque chose ;
Une chose qui donne au mot
Tout l'avantage sur la chose :
C'est qu'on peut dire encore le mot,
Alors qu'on ne fait plus la chose.
Et pour peu que vaille le mot,
Mon Dieu, c'est toujours quelque chose !
De là, je conclus que le mot
Doit être mis avant la chose.
Qu'il ne faut ajouter au mot
Qu'autant que l'on peut quelque chose.
Et pour quelque jour où le mot
Viendra seul, hélas, sans la chose,
Il faut se réserver le mot
Pour se consoler de la chose.
Pour vous, je crois qu'avec le mot,
Vous voyez toujours autre chose.
Vous dites si gaiement le mot,
Vous méritez si bien la chose,
Que pour vous, la chose et le mot
Doivent être la même chose.
Et vous n'avez pas dit le mot
Qu'on est déjà prêt à la chose,
Mais quand je dis que le mot
Doit être mis avant la chose,
Vous devez me croire à ce mot,
Bien peu connaisseur en la chose.
Eh bien, voici mon dernier mot,
Et sur le mot et sur la chose :
Madame, passez-moi le mot
Et je vous passerai. la chose.

 

Abbé de l'Attaignant (1697 - 1779, Chanoine à Reims)
 

   

Et celui ci ? il serait dommage qu'il tombe dans les oubliettes.

 

 

 

Charles Cros.  (1842-1888)

 

Un poète et inventeur compatriote méconnu ,

né dans l'Aude comme votre serviteur.

 

 

Vous avez certainement déjà entendu "le hareng saur"

(un truc amusant pour se moquer des gens qui se prennent trop au  sérieux.) 

Tous les 20 ou 30 ans un artiste le ressort pour le plaisir de ceux qui le découvrent.

 

L’interpréter est un vrai plaisir.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Cros